Suivez-nous sur

Jeunes

Dadiet et Diawara, les deux diamants du Paris Basketball

Cette saison, le Paris Basketball compte dans ses rangs deux nouvelles pépites : Pacôme Dadiet et Mohamed Diawara. Deux joueurs talentueux mais très différents.

Le club du Paris Basketball mise beaucoup sur Pacôme Dadiet et Mohamed Diawara pour l’avenir. / © Lilian Bordron

Depuis sa création, le Paris Basketball a fait le choix de développer des jeunes en les très tôt intégrant dans son effectif professionnel. Après Juhann Begarin, Ismaël Kamagate et Milan Barbitch, place à Pacôme Dadiet et Mohamed Diawara. Hautement considérés par le staff, ils le sont aussi par la LNB, qui classe les joueurs respectivement 10e et 16e du «Top 30 des Espoirs».

Si les deux jeunes talents de 16 ans ont bénéficié de la lumière, Pacôme Dadiet semble être celui qui a déjà montré le plus. Emmanuel Coeuret, coach adjoint du Paris Basketball et coach des Espoirs, voit en lui « un joueur très intéressant sur son niveau d’adresse et athlétique », a-t-il déclaré. Évoluant au poste d’arrière, « poste à moins de responsabilités qu’un meneur ou un ailier », Dadiet est « le potentiel du centre de formation du Paris Basketball ».

Si il doit encore « travailler sur sa lecture du jeu », si il est capable de fulgurances lors des entrainements avec les pro, il est déjà au-dessus du niveau des catégories jeunes, comme les moins de 18 ans, et commence à s’affirmer comme un patron chez les Espoirs.

Mohamed Diawara, « un joueur qui sait tout faire »

Très attendu du côté du Paris Basketball lui aussi, Mohamed Diawara peine à s’imposer depuis le début de saison. Pas de panique pour autant.

Pour Emmanuel Coeuret, il est « un joueur qui sait tout faire, qui n’a ni point fort, ni point faible ». Des caractéristiques « qui font croire aux gens qu’il y a peut-être plus de travail ». Le tacticien considère néanmoins que Mohamed Diawara a tout « pour être un futur meneur de jeu de grande taille, au potentiel très intéressant ».

Physique, altruiste, le jeune passé par l’Insep, comme Pacôme Dadiet, a des airs de « Boris Diaw » pour l’entraîneur des Espoirs.

Jugé « plus cérébral », Coeuret explique le démarrage différent, même poussif, de Mohamed Diawara par son poste, qui exige plus de responsabilités que le poste 2 de Pacôme Dadiet.

Deux pépites totalement différentes qui font partie de la troisième génération de talents du Paris Basketball. Avec la montée du club en Betclic Elite, ces derniers peuvent d’ailleurs profiter d’un temps de jeu conséquent dans le championnat Espoirs, tout en s’entraînant avec le groupe professionnel. Avant, si tout se passe bien, d’intégrer pleinement la rotation à l’avenir.

Rédacteur en chef adjoint de Paris Basketball on Air

Clique ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook

Twitter

Instagram

ÉCOUTEZ NOUS EN PODCAST

INTERVIEW : GAUTHIER DENIS