Suivez-nous sur

Espoirs

Espoirs : le bilan du début de saison 2021/2022 vu par Emmanuel Coeuret

Lancés cette saison, les Espoirs du Paris Basketball doivent faire face à de multiples défis dans la découverte d’un nouveau championnat lors de cette saison 2021/2022.

Emmanuel Coeuret construit chaque jour un peu plus son groupe Espoirs du Paris Basketball. / © Lilian Bordron

Fraichement débarqués dans le championnat Espoirs cette année, les jeunes entrainés par Emmanuel Coeuret connaissent des débuts pas faciles depuis l’ouverture de la saison il y a deux mois. Avant-derniers du classement avec une seule victoire au compteur, les Parisiens apprennent le haut niveau de plein fouet.

« Il a fallu que les joueurs se mettent au niveau du championnat »

« On partait un petit peu dans l’inconnu tout en sachant que ce serait difficile, et ça l’a été car on avait fait le choix de construire une équipe avec essentiellement des anciens joueurs du Paris Basket Avenir. Il a fallu que les joueurs se mettent au niveau du championnat. » Emmanuel Coeuret, au club depuis 2020 et entraineur des Espoirs, le savait avant de lancer l’exercice 2021/2022. L’embryon que représente le centre de formation du club de la capitale fait face à de multiples contraintes, auxquelles il a fallu faire face.

Au moment de la trêve internationale de novembre, Paris pointe à l’avant-dernière place du championnat, devant Orléans toujours vierge de succès. Pourtant, rien de bien étonnant pour un effectif qui doit jongler avec des difficultés autant logistiques que sportives. « Il y a un contexte parisien qui fait que les joueurs ont des contraintes de mobilité. Le métro, le RER… On s’entraine de temps en temps à la Halle Carpentier, de temps en temps au One Ball », raconte le technicien parisien. Entre le changement de salle et les aléas de travail et études des uns et des autres, il est même compliqué d’avoir les mêmes noms sur la feuille de match chaque weekend.

Tous ces éléments n’indiquaient pas que les Parisiens iraient chercher un succès dès leurs premiers matchs, face aux centres de formation rodés du championnat. Contre Le Mans en octobre, alors qu’Emmanuel Coeuret est suspendu pour la rencontre, Paris réalise le coup parfait en l’emportant en fin de match 77-71. Un succès que le duo qu’Emmanuel Coeuret forme avec Thomas Pennellier n’attendait pas aussi vite de leur aveu.

Un processus qui a évolué en quelques mois

Depuis le mois d’août et le premier match amical, l’équipe Espoirs du Paris Basketball a fait du chemin. D’abord par sa composition : aujourd’hui, 17 joueurs font partie de l’effectif et peuvent être alignés le weekend en match. Enfin presque, à cause des blessures. « Nous avons beaucoup recruté de meneurs de jeu, car on s’est aperçu qu’entre les blessures et nos attentes pas comblées, il a fallu rééquilibrer. Avoir un groupe pléthorique comme cela, ça met de la pression, c’est aussi une volonté de notre part. Au départ, ça a plus été un handicap, maintenant on récolte les fruits du pari que l’on a effectué. » juge Coeuret. C’est donc la raison pour laquelle Nathan Jeanne et Charles Gnagbi ont rejoint le club de la capitale en plein milieu de la saison pour apporter du guardplay à une équipe qui concentrait à la fois ses principales forces sur ses joueurs de grande taille et ses joueurs blessés sur les postes extérieurs.

Charles Gnagbi a rejoint l’équipe en cours de saison pour augmenter la profondeur sur le poste de meneur. / © Lilian Bordron

Si les victoires ne viennent pas, le contenu des derniers matchs, quant à lui, est d’un bien meilleur niveau qu’en octobre. « Petit à petit, on a mis en place un peu de vidéo et de stratégie qu’on ne pouvait pas faire au début. Il y a un gros chantier devant nous, il ne faut pas se le cacher. Mais on sent que des joueurs trouvent leur place et avancent petit à petit » estime l’entraineur parisien, citant notamment Eliyo Bourgade dans une dynamique positive. Certes, Pacôme Dadiet et ses coéquipiers sont ressortis de ces matchs avec trois défaites, mais l’objectif de l’équipe n’est pas uniquement comptable. « On veut proposer des choses, jouer notre basket et embêter l’adversaire. On voit un peu plus de plaisir, on marque un peu plus de points. Et puis voir l’éclosion de certains jeunes. » ajoute-t-il.

À l’aube de la reprise contre les jeunes de la JL Bourg, 5e avec 7 victoires en 10 matchs, Paris compte garder sa ligne directrice pour faire évoluer son équipe de jeunes. « On n’avance pas à la vitesse que l’on souhaiterait, mais il faut regarder d’où l’on vient. Step by step », termine Emmanuel Coeuret.

Rédacteur en chef de Paris Basketball On Air

Clique ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook

Twitter

Instagram

ÉCOUTEZ NOUS EN PODCAST

INTERVIEW : GAUTHIER DENIS