Suivez-nous sur

Conférence de presse

Jean-Christophe Prat : « Il y avait moyen de les embêter un petit peu plus »

Après la défaite de Paris contre Monaco à l’Accor Arena (69-76), Jean-Christophe Prat et Dustin Sleva ont analysé cette rencontre, sans trop de regrets.

L’entraîneur Jean-Christophe Prat trouve qu’il y avait la place face à cette équipe de Monaco. © Lilian Bordron

À l’issue de la défaite du Paris Basketball contre Monaco (69-76) à l’Accor Arena, Dustin Sleva et Jean-Christophe Prat sont revenus sur une rencontre où plus de 8000 personnes étaient venues les encourager.

VOIR AUSSI : Le résumé vidéo du match entre Paris et l’AS Monaco

Dustin Sleva

Un petit mot sur cette rencontre particulière à l’Accor Arena…

C’est un moment important pour le Paris Basketball et le fruit d’un travail de tout le staff depuis quatre ans. Jouer une grosse équipe comme Monaco pour nous ici était quelque chose de très fort.

Vous avez été mis en difficulté par les fautes d’Ismaël Kamagate, pouvez-vous parler des duels à l’intérieur ?

C’était dur. Normalement avec nos postes 5 c’est plus facile. Ce soir c’était difficile pour moi quand je jouais au poste de pivot et pour le poste 4, surtout si c’est Juhann Begarin ou Axel Toupane. Je pense que l’arrivée de D.J. Funderburk va apporter énormément à notre équipe.

Quel est l’état d’esprit dans le vestiaire après une telle rencontre ?

Nous nous sommes battus ce soir et c’était important. Nous avons essayé de remporter nos duels mais le début de seconde période a été compliquée. Nous en tirons la conclusion que nous avons été trop court.

Jean-Christophe Prat

Les fautes d’Ismaël Kamagate sont-elles le tournant du match ?

Je ne suis pas sûr. Je trouve que nous pouvons être fier de la prestation défensive que l’on effectué. Je suis déçu offensivement. Nous avions des grands attentes et nous n’avons pas assez bougé la balle. C’est le genre d’équipe où si vous voulez les battre, il faut du mouvement et de l’attaque. Il y avait moyen de les embêter un petit peu plus. Nous avons monté notre niveau d’intensité à la fin.

Est-ce un match référence défensivement ?

Clairement. Nous avons respecté le plan de jeu en prenant des risques. Après, il faut garder ce niveau d’exigence et qu’on le transfère sur la durée. C’était cohérent ce soir mais nous devons rester vigilant et avancer.

Pouvez-vous nous parler de D.J. Funderburk, votre nouvelle recrue ?

Il est arrivé malade. Il avait un abcès aux amygdales. Il ne s’est pas entraîné, il a seulement fait une séance de cardio avec le préparateurs physiques samedi matin. C’est un joueur hyper athlétique, qui court. Il fait 2m08, peut jouer au poste 4 et 5. Il va nous aider à l’intérieur et rentrer dans la rotation avec Ismaël et Dustin.

La perspective d’un match à l’Accor Arena a-t-elle motivé vos joueurs plus que d’habitude ?

Je ne pense pas. Le risque dans ce genre de match c’est que l’on veuille se montrer individuellement. J’ai recadré mes joueurs à un moment mais dans l’ensemble, ça s’est bien passé. D’un point de vue personnel, je peux jouer n’importe où tant que ça reste du basket.

Vous avez senti une vraie différence entre le Monaco de ce soir et celui du début du saison avec un coach différent ?

C’est très différent. Dwayne Bacon est arrivé, nous n’avions pas Axel Toupane. J’ai rarement vu une équipe aussi talentueuse dans le championnat de France. C’est talentueux et expérimenté. Ils ont quelque chose à faire en EuroLeague.

Ressentez-vous une forme de pression à l’approche de la fin de saison ?

Nous savons qu’il nous reste onze matchs et chaque rencontre aura son importance. Nous sommes focalisés sur un nombre de victoires. Nous savons qu’avec 12 victoires, le maintien est quasiment assuré en LNB. Nous restons focus sur cet objectif. Nous travaillons excellemment bien à l’entraînement. Il y a une vraie cohésion de groupe. On sait que ce sera compliqué mais notre mois de mars n’est pas fini. Chaque match sera un combat.

Ismaël Kamagate a été assez naïf sur ses fautes, doit-il encore s’adapter mentalement ?

C’est ce qu’il a fait quand il est revenu en fin de match. C’est toute sa marge de progression mais ce genre de match est un accélérateur de croissance incroyable. Je ne sais pas si on réalise ce que ce garçon est en train d’accomplir cette saison chez nous. On voyait la peur parfois dans les yeux des joueurs de Monaco. Dwayne Bacon a même demandé à Isma quel âge il avait (rires). C’est un rayon de soleil, il a le sourire, il apprend vite. Profitons-en encore un peu car on le regardera autre part bientôt. Je lui souhaite en tout cas.

Jean-Christophe Prat donnant des consignes à Ismaël Kamagate. © Lilian Bordron

Rédacteur en chef adjoint de Paris Basketball on Air

Clique ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook

Twitter

Instagram

ÉCOUTEZ NOUS EN PODCAST

INTERVIEW : GAUTHIER DENIS