Suivez-nous sur

Match

Paris frustre Strasbourg dans une fin de match complètement folle

Dominé une partie de la rencontre, le Paris Basketball a retourné la situation dans les dernières minutes pour repartir de Strasbourg avec la victoire.

© Thomas Sajova

Betclic ELITE – 25e journée

SIG Strasbourg 82 – 87 Paris Basketball

ÉquipesQ1Q2Q3Q4
Strasbourg17172519
PARIS28232027

LES STATISTIQUES DE LA RENCONTRE

Le film du match

Paris envoie un message à son adversaire dès la première possession par un contre d’Ismaël Kamagate. Les joueurs de Jean-Christophe Prat installent leur rythme et défendent sérieusement (2-7). En attaque, les visiteurs posent beaucoup de problèmes en pénétration et obtiennent de nombreux lancers. Strasbourg reprend néanmoins l’avantage, grâce à une bonne réussite de loin (13-10). Le coach parisien s’adapte et fait entrer Gauthier Denis qui apporte au scoring et au spacing. Malgré un jeu intéressant, Strasbourg mène à l’issue du premier quart-temps conclut par un buzzer de DeAndre Lansdowne (21-17).

Le deuxième acte commence par deux pertes de balle des Strasbourgeois. Mais les Parisiens n’en profitent pas et laissent leurs adversaires prendre un avantage de 11 points (28-17). La répétition des fautes, propre à la SIG dans le premier quart, change de camp également. Paris se reprend par son jeu en transition, permettant à Ismaël Kamagate d’écraser l’arceau adverse (30-24). Une dynamique qui se poursuit grâce au laxisme défensif des Alsaciens qui laissent Juhann Begarin (11 points à la mi-temps) capter facilement un tir raté de Gauthier Denis (34-31). Paris reprend même l’avantage sur un trois points du numéro 23 (34-36). Le club de la capitale mène de deux petites unités à la mi-temps (38-40).

Paris entame parfaitement son retour des vestiaires, par un trois points de Juhann Begarin et un jumpshot de Kyle Allman (38-45). Strasbourg peine offensivement, la SIG est nettement supérieure à son adversaire aux rebonds. Menés de 7 unités, les locaux rattrapent leur retard en moins d’une minute, poussant Jean-Christophe Prat à prendre un temps-mort (47-47). La défense de Jean-Baptiste Maille (4 interceptions) posent énormément de problèmes aux porteurs de balle parisiens. Le jeu au poste de D.J. Funderburk, la nouvelle recrue du Paris Basketball apporte de la taille et de la présence dans la raquette. Face à la présence du numéro 7, qui place même un contre, Strasbourg décide de jouer à l’extérieur. Les esprits s’échauffent à la fin du troisième quart-temps, Jean-Christophe Prat est même sanctionné du faute technique. 63 à 60 à la fin du Q3.

Après seulement une petite minute, l’entraîneur parisien doit stopper l’hémorragie de son équipe amorphe aux rebonds (67-60). Face à une raquette composée de Sleva et Funderburk, Strasbourg durcit sa défense et joue en transition (69-66). Paris reste en vie grâce à Ryan Boatright (69-66). L’Arménien se bat tant bien que mal pour revenir au score (77-74) mais le laxisme au rebond de Paris laisse trop de secondes chances à Strasbourg (80-74). Alors que la rencontre est mal embarquée, Paris effectue un run incroyable de 13-0 et repasse devant grâce à un tir monumental de Juhann Begarin à une minute de la fin du match (83-82). Dominés aux rebonds tout le match, les Parisiens vont réussir à capter les plus importants pour repartir de Strasbourg avec la victoire (82-87). Le Paris Basketball enchaîne un deuxième succès consécutif après celui contre Nanterre et prend trois victoires d’avance sur le premier relégable.

Le Parisien de la rencontre : Ryan Boatright

Si le meneur arménien a mis du temps à rentrer dans la rencontre, il a permis à son équipe de rester dans son match et à espérer. En effet, Ryan Boatright a réussi des tirs (très) compliqués, en plus de sa polyvalence et son jeu sans trop de déchets. 19 points, 3 passes, 5 rebonds, 1 interception à 21 d’évaluation pour Ryan Boatright.

Rédacteur en chef adjoint de Paris Basketball on Air

Clique ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook

Twitter

Instagram

ÉCOUTEZ NOUS EN PODCAST

INTERVIEW : GAUTHIER DENIS